Back to top
« vous avez un nouveau souvenir »
« vous avez un nouveau souvenir »
« vous avez un nouveau souvenir »
« vous avez un nouveau souvenir »
« vous avez un nouveau souvenir »
« vous avez un nouveau souvenir »
« vous avez un nouveau souvenir »
« vous avez un nouveau souvenir »
« vous avez un nouveau souvenir »
« vous avez un nouveau souvenir »
 » vous avez un nouveau souvenir « 
Ellis, 2019, impression UV, aluminium, goupilles, 2 élémentes de 260cm x 260cm x 230cm.
Andrea, 2018, impression UV sur acétate, aluminium, goupilles, 220cm x 200cm x 260cm.
Yuma, 2019, impression UV sur acétate, aluminium, goupilles, 180cm x 120cm x 60cm.
AYEO, 2019, smartphone , application dédié, tabouret.
Au mur: impression UV recto verso sur verre épingles, 200 x 80 cm.
Ellis, 2019, UV print on acetate, aluminium, split pins, 300 x 340 cm.
Andrea, 2018, UV print on acetate, aluminium, split pins, 220cm x 200cm x 260cm.
AYEO, 2019, smartphone with a dedicated application, stool.
Yuma, 2019, UV print on acetate, aluminium, split pins, 180cm x 120cm x 60cm.
On the wall: UV print on glass, digital print on paper, 90 x 50 + 90 x 50cm.

[fr] Que sont nos souvenirs, si ce n’est des moments qui, par chocs successifs, s’inscrivent de manière violente dans notre mémoire ou encore ces mouvements, ces mots, qui à force de répétitions, s’ancrent dans notre vie et nous préparent au monde. Des répétitions qui au fil des jours, nous permettent de constituer une somme de connaissances que l’on imagine comme tout à fait personnelle.

Si les images que nous proposent les algorithmes au travers des réseaux sociaux et outils de tri de nos mémoires numériques sont toujours plus abondantes, il n’en va pas moins que ce dont j’aimerais me souvenir ne s’inscrit souvent nulle part, pas même dans ma propre mémoire. Puisque nos mémoires comme les vôtres sont faites de telle manière que chacun de nos souvenirs nous semble le marqueur précis de notre passé. Puisque nos mémoires comme les vôtres ne cessent de reconstruire ce qui leur apparait, de manière illusoire, fixé pour l’éternité. Puisque nos mémoires si influençables nous trahissent chaque jour et produisent de faux
souvenirs.

Ici, les souvenirs refuseront d’être déterminés par un lieu et asservis par le temps ; une immersion dans une amnésie douce et temporaire.

 

[en] The title of this exhibition is a message borrowed from a famous telephone brand: You have a new memory . This is proposed by an algorithm that selects an image from your device and accompanies it. But then, what are these new memories proposed by our external storage?

In space, sculptures that are both fragmented reconstructions of borrowed forms, places of memory and the protagonists of the exhibition. They have first names and take the floor through an application creating an inter-sculptural or even hyper-sculptural space. Telephones are deposited in such a way that they are perceived as forgotten there. They vibrate with each message attracting the attention of the audience. A chat application is opened. On the two phones side by side, Andrea and Ellis discuss their relationship to their memories and the storage spaces that constitute an individual or a society.

On the single phone, we can follow a monologue by Andrea who tries to remember to the rhythm of the scrolling messages. a monologue from Andrea who tries to remember to the rhythm of the messages. Speeches sometimes seem programmed, poetic or even naive.

Category: